LA FILLE AU ROI LOUIS

tesori canzoni francesi 1.”La fille au roi Louis                                                                                       Le roi Louis est sur son pont,*                                                                 Tenant sa fille en son giron;                                                                       Elle se voudrait bien marier                                                                     Au beau Déon, franc chevalier.                                                                2. « Ma fille, n’aimez jamais Déon,                                                      Car c’est un chevalier félon;                                                                          C’est le plus pauvre chevalier                                                               Qui n’a pas vaillant six deniers.                                                                3. — J’aime Déon, je l’aimerais,                                                   J’aime Déon pour sa beauté.                                                                        Plus que ma mère et mes parents,                                                      Et vous, mon père, qui m’aimez tant.                                                       4. — Ma fille, il faut changer d’amour,                                                  Ou vous entrerez dans la tour.                                                               — J’aime mieux rester dans la tour,                                                Mon père, que de changer d’amour.                                                  5. — Et vite, où sont mes estafiers,                                                   Mes geôliers, mes guichetiers,                                                       Qu’on mette ma fille en la tour :                                                           Elle n’y verra jamais le jour. »                                                                   6. Elle y fut bien sept ans passés                                                      Sans que personne la put trouver.                                                      Au bout de la septième année,                                                                    Son père vint la visiter :                                                                                7. « Bonjour, ma fille, comment vous va ?                                       — Hélas, mon père, il va bien mal :                                                            J’ai un côté mangé des vers,                                                                       Et les deux pieds pourris ès fers.                                                             8. Mon père, avez-vous de l’argent,                                                 Cinq à six sous tant seulement ?                                                           C’est pour donner au geôlier,                                                                     Qu’il me desserre un peu les pieds.